Dans cette œuvre d’art sonore, Louise Lawler met en évidence le problème de la domination du monde de l’art par les hommes blancs occidentaux. L’œuvre dure plusieurs minutes et on y entend l’artiste transformer en chants d’oiseaux le nom de ses confrères, notamment Vito Acconci, Dan Graham, Ed Ruscha et Lawrence Weiner. Chaque nom devient ainsi un son unique qui joue sur ses attributs phonétiques ou les syllabes qui le composent. Certains noms sont souvent répétés, d’autres difficiles à comprendre. 

Le lieu où l’œuvre est exposée, à savoir Het Huis, des architectes Robbrect et Daem, est une construction métallique composée de différentes parties, dont une grille ouverte. Souvent associé à une volière par les artistes, il offre un emplacement idéal pour cette œuvre.

Share

© Ans Brys