Composés de 13 courts-métrage, les Documents Interdits ont été réalisés par Jean-Teddy Filippe, produits par l’INA et distribués par MBA Films et ARTE France / La sept. Il s’agit des premiers Fake diffusés à la télévision. En réalisant ces « faux documentaires » entre 1986 et 1989, Les Documents Interdits, Jean-Teddy Filippe devient, bien avant le Blair Witch Project, le véritable précurseur du Found footage, un genre dans le cinéma expérimental basé sur la récupération de pellicules impressionnées ou de bandes vidéo dans le but de fabriquer un nouveau récit. Par l’hyperréalisme que suggèrent ces réappropriations filmiques, le travail du réalisateur a permis de mettre en question la facilité du public télévisuel à accepter comme vraie n’importe quelle information : « La télévision authentifie tout ce qu’elle diffuse, par conséquent « le sentiment de vérité » ne quitte pas le spectateur. Dans le cas des Documents Interdits l’adhésion avait été totale, mondiale et intense. Devant les nombreuses réactions suscitées par les films, la chaîne avait préféré préciser que la question de leur authenticité pouvait se poser… ce qui veut dire que l’on avait pas imaginé une seule seconde que cette question aurait pu se poser…». Trente ans après cet événement marquant de la pop culture, Stéphane Orlando reprend deux films du cycle de Jean-Teddy Filippe, Le Pique-nique et L’Examen, pour leur adjoindre une nouvelle musique originale interprétée par l’Ensemble Fractales.

Share